Harcèlement moral au travail

Coaching Preud'homme

Harcèlement moral au travail : que faire?

D’un point de vue légal, le travailleur qui considère être victime de violence, de harcèlement moral a le choix de :

  1. Demander de l’aide à la personne de confiance ou au conseiller en prévention de son entreprise.
  2. Déposer une plainte auprès du Contrôle du bien-être au travail.
  3. Intenter une procédure devant la juridiction compétente : tribunal du travail ou correctionnel
  4. S’adresser à un organisme de défense comme un syndicat.

Lorsque la plainte est déposée, le plaignant jouit d’une protection contre le licenciement.

Mais faut-il en arriver là?

Comment devient-on harceleur?

Au risque de vous décevoir, cette réflexion n’a pas pour but de victimiser ni même de plaindre les personnes souffrant de harcèlement. Il est question ici de comprendre comment la conjugaison de certains contextes, organisations et caractéristiques personnelles se rendent favorables à « produire » des harceleurs (ses)… Une intervention en entreprise aura pour but dans un premier temps de débusquer les composantes favorisant ce phénomène relationnel, dans un second temps de les enrayer pour assainir les relations. Le harceleur (ici cité pour harceleur ou harceleuse) est souvent prisonnier de frustrations relatives ou non au travail. En tout cas, quelque chose dans le système, dans les interactions, attise et entretient ce mal-être. Il peut s’en prendre à une personne ou à certains profils, qui parfois ne représentent que des projections d’autres individus. Il s’agit d’une identification qui peut être totalement inconsciente (un collègue plus âgé qui évoque le père,…)

Le harceleur peut aussi être sa propre victime, embrigadé dans son rôle ne percevant aucune issue pour en sortir.

Le harceleur peut être une personne perfectionniste, experte en son domaine. Elle peut avoir la sensation que certains ne sont pas dans la même dynamique de perfection, d’envie de produire et de donner le meilleur d’eux-même. Le harceleur peut alors avoir la sensation que les autres l’empêchent de faire, d’exceller, ce qui peut le pousser dans la colère, l’attaque verbale, la violence. Dans son chef, il s’agit d’une riposte à une provocation.

  • Le harceleur peut être une personne qui manque de confiance en elle, le harcèlement est le seul moyen qu’elle a trouvé pour se donner l’illusion d’être respectée.
  • Certaines configurations organisationnelles tendent à placer des travailleurs dans des postures intermédiaires inconfortables. Relais, tampon entre leur supérieur et une petite équipe, ils sont soumis à de la pression et une obligation de résultats ne dépendant pas d’eux. Cette pression peut générer des comportements de type harcèlement.
  • Il n’est pas rare qu’une « ancienne victime » par précaution, anticipation, se jette à corps perdu dans un rôle de bourreau, la place n’étant ainsi plus possible à prendre.

Ce type de relations dissymétriques génèrent de l’anxiété, un mal-être chez chacun des acteurs et au sein de tout le système où le « jeu » (Comme dirait Eric Berne en analyse transactionnelle) dans le sens inter-action a lieu. Lors de l’intervention de consultance et de coaching ayant pour but d’assainir et d’apaiser ce climat relationnel, on trouvera différents types d’interventions :

  • écoute de chacune des parties, de leur ressenti
  • décodage : comment chacune contribue t’elle à nourrir la problématique
  • éclaircissements relatifs aux besoins sous-jacents et non dits
  • modification des représentations mutuelles
  • désensibilisation (entre autres par hypnose) d’un vécu traumatique
  • construire les bases d’une nouvelle relation dans le respect, la confiance, la pose de limite.

Si vous constatez ou vivez un problème de harcèlement moral au sein de votre entreprise, nous pouvons vous aider, nous vous invitons à nous contacter.